Chronique : La symphonie des abysses, T1 – Carina Rozenfeld

couv53302905

Titre : La symphonie des abysses, T1
Auteur : Carina Rozenfeld
Editions : Michel Lafon – Collection R
Date de sortie : 13 février 2014
Nombre de pages : 457
Genre : Dystopie / Young-adult 

Résumé : Un chant de liberté s’élève du fond des abysses, mais comment répondre à son appel quand un mur infranchissable vous en sépare ?

VOUS PENSIEZ ÊTRE AU PARADIS ?
Un gigantesque atoll, des plages de sable fin, une eau turquoise…
Un mur infranchissable.

IL VOUS FAUDRA D’ABORD VIVRE EN ENFER :
ARTICLE 1 : Tout contact physique, toute marque d’amour sont proscrits.
ARTICLE 2 : Il est interdit de chanter, d’écouter ou de faire de la musique.
ARTICLE 3 : Quiconque se livrera à ces activités illicites sera mis à mort.

VOUS N’ÊTES PERSONNE.
VOUS APPRENDREZ À OBÉIR.

MON AVIS

Tout d’abord, si vous n’avez pas lu ce roman, je vous déconseille de lire le résumé que l’on trouve sur Livraddict, celui-ci en disant selon moi beaucoup trop sur l’histoire, alors que la quatrième de couverture est bien plus intrigante. Contentez donc vous de celle-ci et plongez dans ce monde dystopique aux allures d’île paradisiaque.

Ce roman est divisé en deux parties. Dans la première, nous suivons Abrielle, qui vit au milieu de cet atoll tel qu’il est décrit dans le résumé. Tout pourrait sembler utopique s’il n’y avait pas ce règlement strict qui régit la vie au sein du village. Or, Abrielle est ce que son peuple appelle une réminiscente depuis qu’elle a osé chanter alors que cela est fermement proscrit. Ce don va un jour la pousser à fuir l’endroit où elle vit depuis toujours, et c’est ainsi qu’arrive la seconde partie, dans laquelle elle va faire la rencontre de deux nouveaux personnages. Je ne veux pas vous en dire plus car, pour ma part, c’est à partir de cette seconde partie de l’histoire que j’ai commencé à vraiment m’intéresser au roman, et je ne veux pas vous gâcher la surprise de cet univers qu’a créé l’auteur et qui est pour moi plein d’originalité et de poésie.

Comme je viens de vous le dire, c’est vraiment pour moi à partir de la seconde partie du roman que l’histoire commence réellement à présenter un intérêt. En effet, j’ai trouvé que toute la partie qui se focalisait sur Abrielle, bien qu’intéressante, présentait beaucoup trop de longueurs. Il faut cependant s’accrocher puisqu’à partir du moment où l’on rencontre les deux nouveaux personnages, l’histoire devient beaucoup plus rythmée. Carina Rozenfeld a su créer un monde inédit qui nous pousse à nous questionner sur la différence. J’ai trouvé que derrière ces personnages incroyablement attachants, l’histoire porte un beau message de tolérance. Il ne faut pas oublier que ce livre est une dystopie, et même si j’en suis venue à me dire que ce monde était beaucoup trop cruel, j’ai trouvé par ailleurs qu’il mettait en exergue certains points qui existent déjà dans nos sociétés, malheureusement.

Je suis contente d’être passée outre ma première déception au début du livre, car j’ai réellement eu un coup de coeur pour l’univers créé en seconde partie. La plume de Carina Rozenfeld est très poétique, et je me suis laissée embarquée au milieu de cet atoll où nos personnages se battent pour leurs différences, et se battent pour exister tels qu’ils sont réellement.

Ce livre présente différents univers qui s’entrechoquent, chacun avec leurs spécificités, tout en se ressemblant énormément. La fin laisse présager encore beaucoup de surprises à ce niveau, et j’ai hâte de voir où l’auteur va nous emmener dans le second tome.

EN BREF

Ce que j’ai aimé : La deuxième partie et l’univers original qu’on y retrouve, l’amour qui unit les personnages et leur tolérance l’un envers l’autre.

Ce que j’ai moins aimé : Les longueurs de la première partie, la prévisibilité de certains évènements.

Untitled4


« – Je devrais être parfaitement heureux, là, mais je me sens au contraire très triste.
– Pourquoi ?
– Parce que j’aimerais pouvoir vivre des nuits aussi libres que celles-ci. Où je peux me promener dehors jusqu’au matin, si j’en ai envie. Où je peux poser ma joue contre toi sans peur, où je peux respirer ton parfum, écouter ton souffle se mettre au diapason du chant de la cascade…
– Ne sois pas triste, mon amour. Nous avons la chance de pouvoir en vivre une. Non, moi, je suis triste pour ceux qui ne connaîtront jamais ces minutes précieuses. »

« – Peu importe ce que tu seras, je t’aimerai toujours. Ton enveloppe extérieure n’est que cela, une enveloppe. Ce qui te définit c’est ce qu’il y a là… »


 

N’hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé si vous l’avez lu, et dans le cas contraire, s’il vous fait envie ! 

 

 

Publicités

2 réflexions sur “Chronique : La symphonie des abysses, T1 – Carina Rozenfeld

  1. Je viens de lire un roman de cette auteur qui était trop jeunesse pour moi (draconis), je pense que je la tenterai sur une série plus young adult, pourquoi pas celle-ci ? Même si je pense que je vais avoir du mal avec la première partie, alors j’hésite avec ses autres titres ^^
    A bientôt 🙂
    Kin

    Aimé par 1 personne

    • Je n’ai lu que ce titre d’elle, mais même si j’ai été un peu déçue par la première partie, toute la seconde vaut vraiment le détour! L’univers est top ! N’hésite pas à me le dire si jamais tu décides de le lire!
      Merci pour ton commentaire, à bientôt 🙂

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s