Chronique : The revolution of Ivy – Amy Engel

couv26138926

Titre : The revolution of Ivy (The book of Ivy – Tome 2)
Auteur : Amy Engel
Editions : Lumen
Date de sortie : 5 novembre 2015
Nombre de pages : 322
Genre : Jeunesse/Young-adult, Science-fiction, Dystopie

Risque de spoilers sur le premier tome

Résumé : J’ai tout perdu. Mon foyer. Ma famille. L’homme que j’aime.
Ce serait si facile de capituler, de fermer les yeux et d’attendre que la faim et la soif aient raison de moi. Ou bien qu’une bête sauvage me trouve. Ou même un autre survivant… Mais je refuse d’abandonner. J’en ai terminé avec la lâcheté. Il est temps pour moi d’agir, enfin.
Bishop me l’avait bien dit, cet univers hostile ne pardonne pas la moindre erreur. Et au-delà de la barrière, c’est encore pire. L’hiver approche, et si je veux survivre, il va me falloir trouver de l’eau, des vivres, un abri. D’autres condamnés avec lesquels m’allier. Mais surtout, je vais devoir faire un choix : dois-je oublier ma vie d’avant, me venger de ceux qui m’ont trahie… ou mener, purement et simplement, la révolution ?
Car je ne suis plus une Westfall, ni une Lattimer. Simplement Ivy. Et je suis enfin libre.

MON AVIS

The revolution of Ivy est le second tome qui vient clore la duologie The Book of Ivy dont j’avais littéralement adoré le premier volet. Dans ce dernier tome, on nous promet du complot, des trahisons, la révolution. Le problème, c’est que la promesse est loin d’être tenue, et je suis donc restée sur ma faim, ressortant un peu déçue de ma lecture bien que très heureuse d’avoir retrouvé cet univers auquel j’avais bien accroché lors de la lecture du premier tome. 

A la fin du premier tome, Ivy était contrainte de fuir au-delà de la barrière, après la révélation au grand jour de ses secrets et du complot familial dans laquelle elle était entrainée qui visait à tuer le fils du président auquel elle était promise, Bishop. Sans surprise, dans The revolution of Ivy, on va donc retrouver notre héroïne dans cet environnement dont elle ne sait rien à part ce qui lui a été dit, et où ses chances de survie paraissent très limitées. La jeune fille est fatiguée, démoralisée, épuisée physiquement et moralement, mais va devoir repousser ses limites afin d’avancer et de mettre autant de distance que possible avec cette vie de mensonge qu’elle fuit. Elle va donc prendre son courage à deux mains et s’enfoncer dans cet environnement hostile et dangereux.

Au cours de son périple, Ivy va vite se rendre compte qu’elle n’est pas seule. Une vie s’organise au delà de la ville qui l’a vue naître. Ivy va donc faire des rencontres, certaines plus dangereuses que d’autres. Aussi, elle va faire face à la faim, la soif, la souffrance physique, morale, le désarroi. La jeune femme forte que l’on a connu dans le premier tome est ici bien plus affaiblie. En réalité, j’ai eu un vrai problème avec le personnage d’Ivy dans ce tome. Alors que je l’avais beaucoup aimée dans le premier tome, ici elle m’a profondément agacée, ce qui fait que j’ai pris moins de plaisir dans ma lecture. J’ai trouvé qu’elle avait tendance à trop s’apitoyer sur son sort, et bien que ce qu’elle vive soit douloureux et difficile, ses réflexions m’ont parfois dérangée. Même lorsque son avenir semble s’éclaircir, Ivy continue à adopter ce comportement un peu immature, à s’enfoncer dans un tissu de mensonges et à être assez exécrable. J’avoue n’avoir par toujours compris ses réactions.

Si j’ai eu beaucoup de mal avec l’héroïne, j’ai par contre beaucoup apprécié les personnages secondaires, Caleb et Ash. Ces deux-là vont en quelque sorte sauver la vie d’Ivy et l’intégrer dans le camp où ils vivent avec d’autres rescapés. J’ai aimé Ash, sa fraîcheur, sa joie de vivre, et en même temps son côté carrément badass lorsqu’il le fallait. Quant à Caleb, s’il m’a semblé d’abord un peu rustre, j’ai finalement vite accroché avec ce personnage qui n’était finalement pas tant insensible mais était seulement guidé par cette volonté de survivre, et surtout de protéger sa soeur du danger.

On se doute bien qu’au cours de ce tome, on va finir par retrouver Bishop, dans des circonstances que je vous laisse bien entendu découvrir. J’avais là aussi adoré ce personnage dans le premier tome, et je n’ai par ailleurs pas été déçue dans ce tome-ci, où je l’ai trouvé tout aussi attachant. Bishop, c’est un peu le book boyfriend idéal, vous voyez ? J’ai vraiment aimé le retrouver au cours de ma lecture, et encore une fois, l’alchimie a opéré. C’est un garçon qui a indéniablement un bon fond, qui prend ses responsabilités lorsqu’il le faut, et qui est extrêmement patient et prévenant. Parfois trop, face à une Ivy qui agit selon moi de manière plutôt injuste. Toutefois, j’ai aimé retrouver ce duo qui m’avait fait rêver dans le premier tome. J’étais d’ailleurs assez curieuse de voir comment allaient se dérouler leurs retrouvailles après les révélations auxquelles avait dû faire face Bishop avant la fuite d’Ivy.

Au niveau de l’histoire en elle-même, j’ai vraiment trouvé que cela manquait d’action dans une grosse partie du roman. Si j’ai aimé suivre les aventures de nos personnages au delà de la barrière, je me suis parfois un peu ennuyée, guettant le nombre de pages en me demandant quand l’action allait enfin démarrer, si action il devait y avoir. Au final, tout se passe dans les 100 dernières pages. Là, je n’ai pas pu décrocher de ma lecture, mais je regrette quand même que tout se soit passé si vite. J’ai eu l’impression que la fin était un peu bâclée, l’auteure ayant passé beaucoup de temps sur des moments de l’histoire qui n’étaient pas forcément des plus intéressants, et ayant au contraire décidé de nous bombarder d’action à la toute fin du roman, ce qui fait que les évènements n’ont pas été assez approfondis à mes yeux. J’étais happée par ce qui se déroulait dans la dernière partie du roman, et j’aurais clairement préférée lire plus de pages à ce sujet, et moins sur le quotidien et la survie des personnages.

Malgré tout, j’ai passé un bon moment de lecture, l’écriture d’Amy Engel toujours aussi prenante et facile à lire. L’univers et l’intrigue étaient intéressants, mais ce tome 2 aurait pu être plus approfondi. J’ai finalement l’impression que le titre n’est pas vraiment adapté à ce tome car je n’ai pas retrouvé la révolution à laquelle je m’attendais. Quoi qu’il en soit, c’est une lecture que je vous recommande tout de même, ne serait-ce que pour clôturer cette histoire, et… Bishop quoi !!

EN BREF

J’ai aimé : L’action des dernières pages, bien que trop concise et trop rapide. Les personnages secondaires. Bishop.

J’ai moins aimé : Les réactions d’Ivy, le manque d’action sur la globalité du tome donc quelques longueurs.

Untitled3


« Les larmes dévalent mes joues et leur sel me pique les lèvres. Je cède et m’autorise à pleurer. Pour tout ce que j’ai perdu, par peur de ce qui m’attend. Je pleure la fille que j’ai été, l’épouse que je n’ai jamais voulu être, la tueuse que j’ai refusé de devenir, la traîtresse que j’ai prétendu être. »

« Tous les secrets que j’ai gardés sont comme les couches d’un oignon. On épluche, on épluche, et il y en a toujours un en réserve. »

« Je découvre que les décisions sont plus faciles à prendre quand les différents choix qui se présentent sont tous mauvais. »

« Et je le comprends mieux que jamais, aimer quelqu’un sera toujours comme voler : le saut impensable, la peur de tomber, l’exaltation qui fait gonfler le cœur… »


 

Avez-vous lu cette duologie ? N’hésitez pas à me donner votre avis sur ce tome 2 !

Publicités

4 réflexions sur “Chronique : The revolution of Ivy – Amy Engel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s