Chronique : Demain il sera trop tard – Jean-Christophe Tixier

couv10907533

Titre : Demain il sera trop tard
Auteur : Jean-Christophe Tixier
Editions : Rageot
Date de sortie : 13 septembre 2017
Nombre de pages : 440
Genre : Jeunesse/Young-adult, Science-fiction, Dystopie

Résumé: Virgil vit dans l’insouciance. Le Terme diagnostiqué à sa naissance fait de lui un 81 (il va vivre 81 ans). Mais un jour, une Brigade tente de l’arrêter. Il s’enfuit. Débute alors sa descente aux enfers.
Enna, elle, est Court Terme et vit dans le ghetto. Elle graffe sa révolte sur les murs des beaux quartiers. Quand son amie est tuée par un groupuscule proche du pouvoir, elle jure de la venger…
Traqué, Virgil rencontre une jeune geek, Lou, analyste de données, qui lutte clandestinement contre le système.
Lui, Enna, Lou et d’autres sont décidés à se battre contre cette société totalitaire qui les a condamnés et à vivre intensément chaque jour, chaque minute, chaque seconde, qui restent !

MON AVIS

Je remercie chaleureusement les éditions Rageot qui m’ont envoyé ce roman via la plateforme Netgalley.

Je ne connaissais Jean-Christophe Tixier que de nom lorsque j’ai lu le résumé de ce roman (j’ai découvert par la suite qu’il était l’auteur d’un bon nombre de romans jeunesse). Etant plutôt adepte des dystopies, j’ai très vite été tentée par ce titre. Si j’ai passé un moment de lecture agréable, mon avis reste toutefois assez mitigé.

Demain il sera trop tard est une dystopie dans laquelle la société est divisée en plusieurs classes, celles-ci correspondant à un Terme déterminé à la naissance de chaque citoyen : Court Terme, Moyen Terme ou Long Terme. Ainsi, chacun sait à quel âge il mourra. Ce Terme, diagnostiqué à l’aide d’un outil technologique appelé le Term-test, régit la vie de tous, ouvre comme réduit à néant les perspectives d’avenir de chaque homme, et sépare ces hommes. Les Longs Termes sont amenés à exercer les plus hautes fonctions dans la sociétés tandis que les Courts Termes sont les laissés pour compte, ceux qu’on isole et qu’on laisse vivre dans la misère sans aucune éducation ou considération. Néanmoins, le système a des failles, et c’est à partir de là que l’histoire va démarrer et que l’on va  suivre les histoires de personnages qui vont s’entrecroiser. Court, Moyen ou Long Terme, ils vont être amenés à se rencontrer et à lutter ensemble pour combattre ce Système qui cache énormément de secrets.

S’agissant du fond de l’histoire, j’ai trouvé l’idée des Termes attribués à chaque citoyen originale. Le système mis en place sort un peu de l’ordinaire par rapport aux dystopies que l’on a l’habitude de lire, et j’ai donc apprécié ce point du roman. Toutefois, il y a énormément de termes techniques imaginés par l’auteur pour mettre vie à cette société dystopique, et j’avoue m’être un peu perdue au milieu de tous ces sigles, ces logos, ces marques. L’auteur entre très vite dans le vif du sujet ce qui fait que je me suis parfois noyée dans une masse d’informations. Parallèlement, j’aurais aimé avoir plus de réponses à certaines questions que je me suis posées, concernant notamment l’origine de ce système qui n’est finalement que peu développée.

En ce qui concerne les personnages, il y a en a beaucoup ce qui fait que j’ai parfois eu du mal à savoir qui était qui. Il y a tout de même certains personnages que l’on va suivre plus que les autres, et auxquels j’ai eu plus ou moins de difficultés à m’attacher. Tout d’abord Virgil, le personnage principal, Long Terme qui va devoir fuir lorsque la Brigade du Terme se met à sa poursuite. J’ai vraiment eu du mal avec ce personnage auquel je ne me suis tout simplement pas attachée. De fait, je pense être passée à côté des moments de l’histoire où son point de vue était mis en avant. J’ai par contre beaucoup plus apprécié les personnages féminins, Enna, et surtout Lou, que j’ai trouvé toutes deux très courageuses, et prêtes à se battre pour leur cause. J’ai aimé le fait qu’elles étaient capables de remettre en cause le système, de prendre du recul sur celui-ci afin d’en déceler les failles et d’en révéler les scandales.

Je pense que l’idée du livre en général est bonne, l’univers assez bien ficelé quoi qu’un peu trop technique à mon goût, mais j’ai été par contre assez déçue de la fin. Je ne sais pas s’il y aura un tome 2, ce qui justifierait cette fin un peu abrupte à mon goût, et beaucoup trop rapide. Si ce n’est qu’un one-shot, je resterai clairement sur ma faim, car il reste beaucoup de questions sans réponse, ce qui m’a gênée lorsque je suis arrivée à la dernière page de ce roman. C’est un fin ouverte et si dans certains romans cela fonctionne très bien, j’ai trouvé que ce n’était pas forcément le cas dans Demain il sera trop tard. J’aurais aimé en savoir plus et découvrir ce qu’allaient devenir les personnages. Affaire à suivre donc… Quoi qu’il en soit, si vous aimez les dystopies jeunesse, je vous conseille ce roman car il est probable qu’il vous plaise. Le livre se lit très rapidement grâce à une écriture simple et fluide et le sujet reste très intéressant, nous poussant à nous interroger sur la place des technologies dans notre société. Ce que j’aime dans les dystopies, et qui est encore réussi dans ce roman, est qu’il y a toujours un fond de vérité qui nous raccroche à notre société actuelle, quitte à parfois nous effrayer.

EN BREF

J’ai aimé : L’univers dystopique, les sujets traités (les technologies, la question de l’atteinte du terme, de la façon d’appréhender la mort).

J’ai moins aimé : Le trop plein de termes techniques, d’informations, de personnages. Le manque d’explications sur les origines du système. La fin trop rapide et ouverte.

Untitled2


« Tous les hommes meurent, mais seuls certains vivent.
Cette phrase bat dans sa tête, comme le ferait un coeur.
– Ca veut dire quoi ? demande Diab alors qu’elles quittent le réduit.
Si ses questions déroutent parfois Enna, elles la font toujours sourire.
– Ca veut dire qu’on est plus forts qu’eux, dit-elle en montrant d’un geste circulaire les habitations qui les entourent. »

 » Tant que les arguments qu’on fournit aux gens correspondent à leur logique, ils sont prêts à tout accepter. Pour les Longs Termes, les Courts ne sont que des sous-êtres. Si tu leurs montres la violence, cela les confortera dans l’idée qu’on ne vaut rien et qu’on est dangereux. »

 » Une sensation d’infini l’emporte. Loin. Si loin qu’il lui semble n’être plus qu’un point lumineux perdu dans l’univers. Leurs souffles se mêlent, se répondent puis s’accordent. Il ondule avec elle, voudrait que cela dure l’éternité. Le chaos et le sublime se mêlent dans un élan qui les propulse vers ce qu’il espère être son avenir. Leur futur, corrige-t-il aussitôt. Demain. Demain. Tout se confond, et le temps n’existe plus. Ils sont l’un à l’autre, et c’est la seule chose qui compte. »


Ce roman vous fait envie ? Des dystopies à me conseiller ?

Publicités

8 réflexions sur “Chronique : Demain il sera trop tard – Jean-Christophe Tixier

    • C’est vrai qu’au niveau de l’intrigue, c’est assez original! Par contre j’ai été gênée par tous ces personnages, ces termes… Il faut bien mettre en place l’histoire mais j’étais un peu perdue ^^ Et puis pour la fin, c’est subjectif mais je ne suis pas tellement adepte des fins ouvertes, et là quand j’ai vu que c’était l’épilogue je me suis dit « euh, il y a un bug sur ma liseuse, j’ai loupé des pages? » mais non… Ahah! Après c’était une bonne lecture dans l’ensemble, mais qui ne restera pas très longtemps dans ma mémoire je pense! J’ai lu de bien meilleures dystopies 🙂

      Aimé par 1 personne

  1. J’ai eu le même problème que toi, je ne me suis pas assez attachée aux personnages, et surtout, surtout ! Les termes techniques, la façon abrupte de rentrer dans le récit, les trop nombreux personnages… L’histoire en elle-même est bien, mais je n’ai pas pu m’y tenir… Je ne me souviens pas très bien de la fin (preuve que malheureusement, ce livre ne m’a pas excessivement marqué…) Mais je me souviens que comme toi, je suis restée sur mon livre à me demander où étaient les dernières pages ou l’annonce d’un autre tome !

    Aimé par 1 personne

    • Ca me rassure de voir que je ne suis pas la seule à avoir cette avis ! C’est vraiment la fin qui a un peu achevé ma lecture je dirais… et puis s’il y a un tome 2, je ne suis pas certaine de lire la suite. A mon avis, je ne me souviendrai pas longtemps des détails, ce qui est dommage car il y avait du potentiel dans cette histoire!

      Aimé par 1 personne

      • Il y a des lectures comme ça qui ne reste pas en mémoire ! (Déjà que quand j’adore un livre, j’ai tendance à oublier ce qu’il s’y passe dans les détails au bout d’un certain moment grâce à ma mémoire de poisson rouge, mais alors si le livre ne m’a pas convaincue c’est encore pire ^^)

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s